J’aime la liberté, voyager, cheminer, communiquer, rencontrer les autres et m’enrichir de leurs connaissances. Alors, forcément, ce confinement, et ce qui se profile pour les mois à venir vont à l’encontre de ce qui m’anime depuis toujours. Comme si ce Covid-19 me demandait de renoncer à la part la plus fondamentale de moi-même : la mobilité et le goût de la découverte par le voyage. Mais l’être humain cache toujours des ressources insoupçonnées. Certains incidents de parcours dans ma vie et une maladie grave m’ont appris que tout avait un sens, qu’il importait de le décrypter puis de rebondir et de se repositionner. Passée la sidération de la violence d’une assignation à domicile brutalement imposée aux peuples, contrôlée dans certains états par une police dénuée de discernement, qui peut verbaliser une vieille dame qui vient chaque jour faire un signe de la main à son époux enfermé dans un EHPAD ou dépêcher un hélicoptère pour seriner à un individu marchant seul sur une plage déserte que c’est interdit, j’ai trouvé l’apaisement dans la rédaction d’un livre.

Témoignage complet ici

Fabienne BODAN, France, mai 2020

Webmaster - Bernard Favre